Société

[Chronique] Éloge du nomadisme

Par

Neila Latrous est rédactrice en chef Maghreb & Moyen-Orient de Jeune Afrique.

Un homme et son âne transportent des tonneaux d'eau vers la frontière algérienne dans la région désertique du Ténéré au sud du Sahara central, en juin 2018. (Illustration) © Jerome Delay/AP/SIPA

En Europe, l'expatrié est célébré comme un héros du libéralisme économique et sociétal, quand le migrant est vilipendé pour vouloir fuir la misère ou la guerre, parfois les deux. Une vision tronquée qui fait mine d'oublier que c’est à l’échelle africaine que se font la majorité des migrations et obère les dimensions historiques et culturelles du nomadisme.

Voilà que se rejouerait presque le mythe d’Abel et Caïn. Abel, le berger, ne travaillait pas, paraît-il. Précaire, vivant au jour le jour, ignorant les risques de famine, c’était un nomade dans l’âme. Caïn, son frère aîné, cultivait ses terres. C’était un sédentaire. Un jour, jaloux que Dieu préfère les offrandes de son cadet aux siennes, Caïn assassina ce dernier. C’est le premier meurtre inscrit dans la Bible – et le Coran. Reconnu coupable, voilà Caïn condamné à l’errance. Durant laquelle il fonda tout de même une civilisation, et assura sa descendance.

Dans le combat moderne du sédentaire contre le nomade, qui pour incarner Abel ? Et qui serait Caïn ? Vu sous ce prisme, la différence faite entre les expatriés et les migrants dérange. Le premier est glorifié pour son courage et son sens de l’adaptation, qui le poussent à parcourir sans crainte continents et océans.

Le migrant, un

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte