Politique

Comores : que devient Mohamed Amiri Salimou, l’ancien chef d’état-major ?

Mohamed Amiri Salimou, chef d’état-major sous le président Abdallah Mohamed Sambi © JOSE CENDON/AFP

Accusé du meurtre du colonel Combo Ayouba en 2010, Mohamed Amiri Salimou, chef d’état-major sous le président Abdallah Mohamed Sambi, s'est présenté à la présidentielle comorienne de 2016 et collectionne les diplômes prestigieux.

Le général Salimou aime trop l’Histoire pour ne pas apprécier le clin d’œil qu’elle lui a envoyé le 19 mai. Ce jour-là, Abdallah Mohamed Sambi, l’ancien président comorien, a été placé en résidence surveillée – mésaventure qui advint à Salimou en 2010, quand il fut accusé du meurtre du colonel Combo Ayouba.

À l’époque, Sambi avait vu là un bon moyen de se débarrasser de cet officier rétif. Reconnu coupable sans avoir été jugé, puis acquitté à l’unanimité par la Cour constitutionnelle, Salimou ne retrouva la liberté qu’en 2012.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte