Dossier

Cet article est issu du dossier «Mali : sur un air de campagne présidentielle»

Voir tout le sommaire
Elections

Ibrahim Boubacar Keïta : « Je ne suis pas un fou de pouvoir, je suis un fou de Mali »

Au palais de Koulouba, à Bamako, le 26 juin. © Vincent Fournier/JA

Même si la plupart des pronostics le placent en tête du premier tour, rien n’est encore joué. Mais à deux semaines de la présidentielle malienne, Ibrahim Boubacar Keïta se veut serein, satisfait des efforts engagés et déterminé à les poursuivre.

À deux semaines du scrutin capital, même les marabouts ne se hasardent plus à prédire le verdict des urnes. Dans les salons des chancelleries bamakoises, le seul pronostic à peu près partagé est celui qui place le président sortant en tête au soir du premier tour, en fonction d’une analyse géopolitique qui vaut ce qu’elle vaut : le Grand Nord, le sud du fleuve Niger et le « pays profond » devraient voter majoritairement pour Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), ses concurrents, et en particulier Soumaïla Cissé, l’emportant dans le Centre, à Bamako, Mopti ou encore Tombouctou. IBK en tête ? Probable donc, mais avec quel pourcentage d’avance ? C’est une autre affaire. Si la plupart des observateurs n’envisagent guère une victoire du président-candidat au premier tour, le 29 juillet, aucun d’entre eux ne s’aventure à anticiper sur les résultats du second, le 12 août, tant ce dernier s’apparente à

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Mali : sur un air de campagne présidentielle»

Fermer

Je me connecte