Dossier

Cet article est issu du dossier «Électricité : le Nigeria face à l'échec de la privatisation du secteur»

Voir tout le sommaire
Electricité

Électricité au Nigeria : des banques inquiètes pour leurs créances

Sièges de United Bank for Africa Ltd et de Wema Bank Plc, à Lagos. © George Osodi/Bloomberg via Getty Images

Chez les banquiers nigérians, l’évolution de l’état de santé du secteur de l’électricité tourne à l’obsession.

Et ces derniers mois, les nouvelles ne sont pas bonnes du tout. Parce qu’ils ne sont que partiellement payés par les sociétés de distribution, les producteurs d’électricité cumulent, selon Joy Ogaji, secrétaire exécutive de l’Association des compagnies productrices d’électricité, une dette de 1 000 milliards de nairas (2,36 milliards d’euros), dont 70 % sont dus à leurs fournisseurs de gaz.

De fait, plusieurs grandes banques du pays craignent qu’une partie des crédits octroyés au secteur ne soit pas remboursée. Le montant des financements accordés en 2014, un an après la privatisation, était estimé à 5 milliards de dollars par les analystes CSL Stockbrokers, une filiale du groupe financier FCMB. En février 2017, un rapport de United Capital chiffrait l’exposition des principales banques à 1,7 milliard de dollars. Fidelity Bank et UBA figurent, selon Omotola Abimbola, analyste au sein du département recherche d’Ecobank, en tête des établissements cumulant le plus de risques avec respectivement 11,8 % et 10 % de leurs portefeuilles de prêts consacrés au secteur de l’électricité. Viennent ensuite, parmi les plus exposés, Union Bank (9 %), Diamond Bank (7 %) et FCMB (6,5 %).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte