Dossier

Cet article est issu du dossier «Ports africains : l'Europe place ses pions»

Voir tout le sommaire
Transport maritime

La formation des cadres, un maillon essentiel de la gestion portuaire

Terminal à conteneurs du Port d'Abidjan, Côte d'Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano/JA

Les liens personnels jouant parfois un rôle clé dans les relations d’affaires, les instituts portuaires français se trouvent en première ligne pour tisser des rapports privilégiés avec les acteurs africains de la filière.

L’Institut portuaire d’enseignement et de recherche havrais participe, depuis une décennie, à la dynamique de féminisation des cadres. Alors qu’elles étaient cantonnées à des fonctions de DRH, de directrice marketing ou de la communication dans les ports du continent, des femmes qui ont suivi la formation ont pu accéder à des postes de directeur général – à Conakry et à Cotonou – ou de directeur général adjoint – à Abidjan.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte