Livres

Nigeria : Nnedi Okorafor, le futur en littérature

Nnedi Okorafor, auteure de "Qui a peur de la mort ?" (traduit par Laurent Philibert-Caillat, ActuSF, 552 p., 16 euros) est la scénariste de plusieurs comics parus chez Marvel, dont le récent "Wakanda forever". © Marvel / DR

Auteure de science-fiction reconnue, l’Américano-Nigériane Nnedi Okorafor a notamment collaboré avec les éditions Marvel et verra bientôt son roman "Qui a peur de la mort ?" adapté en série pour la chaîne HBO.

Paysages oniriques, visions apocalyptiques, mondes parallèles, guerres ethniques, sexe, violence et vin de palme… Le futur selon Nnedi Okorafor n’a guère à envier au présent, il n’en est qu’une image saturée où la magie et les traditions du passé côtoient la technologie la plus avancée.

« Qui a peur de la mort ? », son seul roman traduit en français, a été acheté par la chaîne HBO et sera adapté à l’écran par le pape de la science-fiction, George R.R. Martin, auteur du Trône de fer (Game of Thrones sur HBO). Mais l’Américano-Nigériane de 44 ans n’est pas l’auteure d’un seul livre : on lui doit plusieurs romans (Lagoon, The Book of Phoenix, The Binti Trilogy, Kabu Kabu), des textes pour enfants (Chicken in the Kitchen) et adolescents (The Akata Series, The Shadow Speaker) et surtout des scénarios de comics. Pas n’importe lesquels puisqu’elle a signé Antar, the Black Knight (illustré par Eric Battle) et Long Live the King, épisode de Black Panther dessiné par Aaron Covington. Plus récemment, elle a été sollicitée par les éditions Marvel pour imaginer un épisode consacré à la garde féminine du prince T’Challa, les Dora Milaje, sous le titre Wakanda Forever.

« Évidemment, je connaissais Black Panther, j’en parlais beaucoup avec mes amis, se souvient-elle. Ce pays d’Afrique mythique et technologiquement avancé, mais enclavé quelque part près du Kenya ou de la Tanzanie, ça ne fonctionne pas vraiment pour moi. L’organisation monarchique me gêne aussi un peu.


>>> À lire –  « Black Panther » : du succès imprévisible à la fierté de l’Afrique 


Quand Marvel m’a sollicitée, j’ai pris deux semaines pour répondre. Mais j’aime le caractère de T’Challa, la situation de conflit entre l’individu qu’il est et sa communauté. » Depuis, le long-métrage inspiré du super-héros a connu un succès phénoménal. « D’une manière générale, j’ai aimé le film et je l’ai vu deux fois, raconte Okorafor. Il est politiquement dense, et bien sûr il offre enfin la possibilité de voir des Noirs à l’écran ! »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte