Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : sous les claviers, la plage»

Voir tout le sommaire
Médias

Maroc : silence, on viole !

Des Marocains manifestent à Casablanca, le 23 août 2017, contre le harcèlement sexuel à la suite de l'agression d'une femme dans un bus. © STRINGER/AFP

Fin août 2017, au Maroc, une vidéo insoutenable d'agression sexuelle agite le web.

Six adolescents, âgés de 15 à 17 ans, agressent physiquement et sexuellement une jeune femme dans un bus à Casablanca. La victime, 24 ans, est atteinte de déficience mentale. Aucun passager ne vole à son secours, encore moins l’auteur de la vidéo. Les internautes sont révulsés. Au lieu d’aller à la plage, des centaines d’entre eux organisent un sit-in dans la capitale économique pour dénoncer le harcèlement sexuel dans l’espace public.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte