Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : sous les claviers, la plage»

Voir tout le sommaire
Médias

Maroc : la frayeur Tcharmil, ou les poignardeurs de Casa

Dans une rue de Casablanca, en 2012. © Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique

Aujourd’hui encore, difficile de savoir s’il s’agissait d’une psychose ou d’un danger bien réel.

En 2014, le phénomène Tcharmil crée l’effroi à Casablanca. Des bandes sèment la terreur dans les rues à coups de couteaux bien aiguisés, qui rappellent ceux utilisés par des chefs ou bouchers marocains pour préparer une tcharmila (marinade à base d’herbes finement coupées pour accompagner des brochettes de viande).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte