Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : sous les claviers, la plage»

Voir tout le sommaire
Médias

Maroc : le débat public à l’heure des réseaux sociaux

Manifestation à Al Hoceima en soutien à Nasser Zefzafi, leader de la contestation rifaine, retransmise en direct sur internet, le 8 juin. © Louis Witter

Dans de nombreux domaines, les réseaux sociaux prennent de vitesse les autorités comme les élites et les contraignent à réagir. Un phénomène qui soulève bien des questions.

Est-ce le nécessaire revers de la médaille numérique ? Fortement engagé depuis plusieurs années dans le développement de son réseau internet, le Maroc voit se multiplier les débats publics nés sur les réseaux sociaux, porteurs d’évolutions salutaires – parfois –, de psychoses collectives et de rumeurs – souvent. Le pays s’est imposé comme l’un des mieux connectés du continent, avec 60 % de la population disposant d’une connexion de bonne qualité, selon l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) – le taux le plus élevé d’Afrique.

Et les Marocains manifestent une appétence particulière pour les réseaux sociaux, le très web-friendly royaume intégrant même le top 10 mondial des plus fortes croissances annuelles de fréquentation des Facebook, LinkedIn et autres YouTube. Le phénomène de l’activisme digital y a donc logiquement pris une ampleur inédite.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte