Finance

Marchés : la chute d’Abraaj inquiète mais aiguise les appétits

Arif Naqvi, le fondateur d'Abraaj, est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la justice émiratie. © Mark Lennihan/AP/SIPA

Mise en liquidation, la société dubaïote Abraaj a cédé ses fonds africains au géant américain Colony Capital. Un repreneur bien accueilli par les investisseurs et les entrepreneurs.

« Opportunité : occasion favorable de saisir une déception. » La formule du journaliste américain Ambrose Bierce s’est vérifiée dans le raid éclair, à la mi-juin, du californien Colony Capital sur les fonds africains, latino-américains et turcs d’Abraaj. Bâti en une quinzaine d’années, l’empire fondé par le Pakistanais Arif Naqvi (13,6 milliards de dollars d’actifs, soit 11,7 milliards d’euros, dont au moins 1,36 milliard en Afrique) s’est désintégré en quelques mois. À l’origine de cette situation : une controverse sur l’utilisation des fonds confiés notamment par la Fondation Gates, Proparco et le Groupe Banque mondiale.

Confronté à un exil de ses investisseurs, à une crise de liquidité et à 1 milliard de dollars de dette, l’investisseur dubaïote a été mis en liquidation. « Personne n’aurait pu anticiper une dégringolade si brutale, mais c’est ce qui arrive en ligue des champions », décrypte un investisseur africain qui pointe la faillite en 2008 du new-yorkais Lehman Brothers.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte