Justice

Cameroun : l’affaire Camrail avance au civil, pas au pénal

Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016. © AP/SIPA

Alors que le volet pénal du dossier de la catastrophe ferroviaire du 21 octobre 2016 occupe le tribunal de première instance d’Eseka, son pendant civil est en voie de résolution.

Conseillé par l’avocat Serges Martin Zangue, Camrail a indemnisé 787 victimes pour la perte d’objets personnels et a conclu au moins 699 accords avec des blessés et des familles de disparus pour des sommes pouvant s’élever à plusieurs centaines de millions de F CFA. Seuls quelques dossiers font encore l’objet d’une négociation.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte