Société

[Tribune] « Je boycotte, donc je suis »

Par

Politologue et sociologue marocain

Un supermarché Carrefour au Maroc en 2014 © Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique

Le mouvement de boycott que connaît le Maroc depuis plusieurs semaines est l'expression même du malaise que connaît la société marocaine, selon le politique Mohamed Tozy.

Le mouvement de boycott contre trois marques que connaît le Maroc depuis deux mois va au-delà des produits incriminés par des réseaux sociaux dont l’assise populaire s’élargit.

L’opérateur français du lait Danone, le premier à avoir réagi officiellement, a réduit ses activités. Des centaines d’intérimaires sont licenciés, et des milliers de petits éleveurs risquent de perdre une partie significative de leurs revenus, voire d’être mis en faillite. Les deux autres produits visés par le boycott se confondent avec leurs propriétaires, qui sont plus touchés dans leur carrière politique, même si les dégâts financiers sont importants.


>>> A LIRE – Maroc : les salariés de Centrale Danone demandent l’arrêt du boycott pour sauver leurs emplois


Le phénomène, inédit du moins dans son ampleur et son mode opératoire, interpelle. D’abord la classe politique, qui se manifeste par des positions contradictoires : traiter le boycott avec condescendance, surfer sur une vague populiste qui enfle, apporter son soutien aux acteurs économiques au risque d’éroder son capital confiance (c’est le cas des islamistes).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte