Arts

Afrique du Sud : dans l’antre de Willie Bester

Willie Bester chez lui à Kuilsriver. © Ashraf Hendricks/GroundUp

Spécialiste de la récupération, l’artiste engagé Willie Bester poursuit son œuvre dans son incroyable maison de la banlieue du Cap.

Une fois passée la vaste ceinture de townships qui encercle Le Cap puis démêlé l’écheveau des rues de Kuils River, à quelque 25 km du centre-ville, impossible de rater la demeure du peintre et sculpteur Willie Bester. Cette petite maison sur deux étages est entièrement recouverte d’objets hétéroclites harmonieusement disposés.

Difficile de dire si l’on est face à un improbable vaisseau spatial ou à une installation d’art contemporain grand format. L’œuvre, car c’en est une, cache une habitation, un atelier, mais aussi un véritable musée : au premier étage, où l’artiste vous accueille, ses pièces occupent tout l’espace du sol au plafond, où est accrochée une véritable Fiat 500. Chez Willie Bester, tout fait art.

L’artiste montre très jeune des dispositions pour le dessin et la sculpture

Né à Montagu, à 150 km du Cap, d’un père xhosa et d’une mère métisse, en 1956, l’artiste montre très jeune des dispositions pour le dessin et la sculpture : les petites voitures bricolées en matériaux de récupération avec lesquelles il joue, toutes peintes et « customisées », ne ressemblent jamais à celles de ses camarades.

Dès ses 10 ans, alors qu’une loi du régime de Pretoria oblige sa famille à quitter la ferme où elle habitait pour rejoindre un homeland, il est confronté à l’apartheid. Et il lui faut alors aider les siens, quittant l’école et multipliant les petits boulots.

Vénus hottentote

Enrôlé pendant deux ans dans l’armée puis dans une unité « disciplinaire » parce qu’il n’a pu trouver d’emploi stable, il finit pourtant, grâce à son habileté manuelle, par obtenir un emploi d’assistant chez un dentiste du Cap. Ce qui lui permet de retrouver l’inspiration, de consacrer son temps libre à l’apprentissage de l’art, puis de réaliser ses premières œuvres.

L’artiste, coaché par sa femme, Evelyn, se consacre uniquement à son art depuis un quart de siècle

Vite repérées en raison de leur originalité, ce sont des tableaux très colorés ou des sculptures néoréalistes imposantes, le plus souvent conçues à partir de matériaux récupérés dans les townships ou les marchés aux puces. Les peintures, dont les supports sont très variés – planches, métaux, cartons, panneaux de signalisation… –, comportent des articles de journaux, des photos ou des écrits politiques.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte