Mines

[Tribune] Industries extractives : l’Itie ou l’illusion de la transparence

Par

Christophe Le Bec est journaliste économique. Il couvre l'actualité des secteurs pétrolier, minier et industriels (automobile et aéronautique). Il s'intéresse aux questions de transparence et de gouvernance, ainsi qu'aux organisations patronales et syndicales. Il lui arrive aussi d'écrire sur des sujets religieux et sur la Guinée.

+ Suivre cet auteur

L'industrie extractive représente 30 % du PIB de la Mauritanie. © Olivier pour J.A.

L’Itie a pour vocation de faire la lumière sur les revenus tirés des industries extractives, mais permet-elle réellement de mettre fin à l'opacité qui règne dans l'octroi des licences ?

D’ici à la fin septembre, le Suédois Jonas Moberg rejoindra la direction des affaires publiques du géant controversé du négoce Trafigura. Vaste chantier en perspective et surprenante évolution de carrière pour celui qui, jusqu’à la fin juin, dirige le secrétariat international de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie), installé à Oslo.

Lancée en 2004, l’Itie a pour vocation de faire la lumière sur les revenus tirés des hydrocarbures, des minerais et de l’industrie forestière. Si cette démarche a séduit les multinationales du secteur, c’est parce qu’il s’agit d’un processus volontaire, amorcé à la demande des gouvernements. Compagnies et autorités déclarent les revenus et taxes perçus, avant que les ONG passent ces données au crible.

Une transparence limitée

C’est en Afrique subsaharienne que l’Itie a remporté le plus de succès. Vingt-quatre pays

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte