Religion

Algérie : ces scandales qui poursuivent le parti islamiste MSP

Abderrazak Makri, président du MPS, lors du congrès du parti, en juin 2017. © LOUIZA AMMI

Bouguerra Soltani, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) entre 2003 et 2013, a beau clamer que ses ministres « sont des boucs émissaires », son parti n’en continue pas moins de traîner leurs casseroles.

Bouguerra Soltani lui-même serait impliqué dans des contrats douteux obtenus par des sociétés chinoises entre 1996 et 1997, lorsqu’il était secrétaire d’État à la Pêche. Pas inquiété, mais tout de même éclaboussé. Le successeur de Soltani, Ismaïl Mimoun, n’est pas plus épargné par le scandale.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte