Politique

Infographie : le profil type des ministres en Tunisie, au Maroc et en Algérie

Youssef Chahed, premier ministre tunisien, juste avant d'obtenir le vote de confiance pour son second gouvernement (à g. Mohamed Naceur). A Tunis, le 11 septembre 2017 © Hassene Dridi/AP/SIPA

Crise politique en Tunisie, troubles sociaux au Maroc et avis de turbulences en Algérie : les gouvernements au Maghreb semblent ces jours-ci bien fragiles.

En Tunisie, le ministre de l’Intérieur a été limogé le 6 juin après le naufrage d’une embarcation au large de Kerkennah, qui a causé la mort de dizaines de candidats à l’immigration.

En Algérie, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a vu son projet de loi de finances rectificative vidé de sa substance par le président, Abdelaziz Bouteflika, énième humiliation d’un chef de gouvernement dont la légitimité a du plomb dans l’aile.

Au Maroc, la gestion du boycott met en difficulté le gouvernement El Othmani : il peine à stopper un mouvement social inédit, preuve du malaise de la classe moyenne.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte