Dossier

Cet article est issu du dossier «Zoom sur les meilleurs projets d’infrastructures en Afrique»

Voir tout le sommaire
Cabinet d'avocats

Projets d’infrastructures : « Quand il y a des zones d’ombre, c’est au détriment des États »

Sophie Pignon, associée du cabinet Bird & Bird © Capture d’écran Youtube/Université Paris-Dauphine Tunis

Sophie Pignon, associée du cabinet Bird & Bird, chargée du département Droit public-Financements de projets au sein du bureau de Paris revient sur les caractéristiques essentielles d'un projet viable.

« Un bon projet d’infrastructure, c’est avant tout un dossier préparé en amont avec la réalisation d’une étude de faisabilité qui va au-delà de l’aspect technique, maintenant bien documentée. Les dimensions juridique et financière restent trop souvent négligées, alors qu’elles sont particulièrement structurantes.

Quand il subsiste des zones d’ombre dans les études préalables et dans les contrats, c’est au détriment des pouvoirs publics

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte