Dossier

Cet article est issu du dossier «Emmanuel Macron et la Françafrique»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Sahel : vers une africanisation de la guerre

Rendant visite, avec le président malien, aux troupes de l’opération Barkhane, en mai 2017, dans la région de Gao. © christophe petit tesson/pool/REA

Les africains doivent assurer leur sécurité eux-mêmes, répètent successivement les chefs d'état français. Mais qu'en est-il dans les faits ?

Moins d’une semaine après son arrivée à l’Élysée, Emmanuel Macron s’était envolé pour Gao, dans le nord du Mali, où se trouve la plus importante base de l’opération Barkhane. Un signal fort à l’adresse des militaires français en « opex » (opération extérieure), auquel s’était associé Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), son hôte malien. « La France est engagée depuis le début à vos côtés, et je suis venu vous dire de manière très claire qu’elle continuera de l’être, avait-il déclaré à IBK. Sa détermination à assurer la sécurité du Mali et, au-delà, de tout le Sahel sera totale. »

Comme François Hollande avant lui, il ne cesse de répéter que les pays africains doivent assurer eux-mêmes leur sécurité. Un vœu pieux, mais surtout pragmatique. Depuis le déclenchement de l’opération Serval, en janvier 2013, la « bande sahélo-­saharienne », comme l’appellent les officiers français, s’apparente de

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné à l'édition papier ?
Contactez-nous à mkt@jeuneafrique.com pour bénéficier d'une offre spéciale.

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte