Dossier

Cet article est issu du dossier «Emmanuel Macron et la Françafrique»

Voir tout le sommaire
Politique

[Tribune] La France, on l’aime et on la déteste

Par

Directeur général du quotidien ivoirien Fraternité Matin. Auteur de "Et si le Noir n’est pas capable de se tenir debout, laissez-le tomber. Tout ce que je vous demande est de ne pas l’empêcher de se tenir debout" (Ed. Michel Lafon).

Emmanuel Macron, dans une école de Ouagadougou, après son "grand oral" à l'université, le 28 novembre 2017. © Ahmed Yempabou Ouoba/AP/SIPA

« Je mettrai fin à la Françafrique. » Non, ce n’est pas lui qui l’a dit. Ce sont ses deux prédécesseurs.

Tribune. L’un, juste avant d’aller faire la bise au père Bongo et de voler au secours d’Idriss Déby Itno, qu’une méchante rébellion menaçait de bouter hors de son palais ; l’autre, avant d’envoyer ses soldats au Mali et en Centrafrique. Lui, Emmanuel Macron, a simplement dit à Ouagadougou qu’il n’y a plus de politique africaine de la France, avant de préciser qu’il est d’une génération où l’on ne vient pas dire à l’Afrique ce qu’elle doit faire ni quelles sont les règles de l’État de droit.

Nous en prenons donc acte. Au fait, n’est-ce pas cette politique-là que l’on appelle la Françafrique, et que ses prédécesseurs s’étaient engagés à abattre ? Tout a été dit sur la trop fameuse Françafrique. Pour faire vite, disons que, pour de nombreux Africains, c’est le système colonial déguisé sous une autre forme, appelée « indépendance ». Ils en veulent pour preuve, entre autres, l’existence du franc CFA, qui est géré par la France ; la présence de bases militaires dans certains de nos pays ; et l’hégémonie des entreprises françaises dans beaucoup d’autres.

Quelle relation avec la France ?

À l’arrivée de chaque nouveau président français, de nombreux Africains attendent avec anxiété ce qu’il va dire de cette Françafrique tant décriée. Et, si certains parmi les plus jeunes, qui sont souvent les plus naïfs, ont applaudi à tout rompre lorsque tel ou tel a dit, ou fait croire, qu’il allait y mettre fin, une telle menace a donné de l’urticaire à quelques chefs africains, qui ont usé de leur influence pour la torpiller et, parfois, faire virer le ministre chargé des Relations avec l’Afrique.

Au fond, nous autres, Africains, voulons-nous vraiment mettre fin à nos relations particulières avec la France ? Nous critiquons les interventions militaires de ce pays sur notre continent, mais qu’avons-nous fait lorsque les jihadistes fonçaient sur Bamako ? D’abord, les militaires maliens avaient trouvé intelligent de déclencher à ce moment précis un coup d’État contre leur président, puis de laisser les populations se débrouiller face aux fanatiques qui leur coupaient les membres et les lapidaient à mort pendant qu’eux-mêmes pillaient ce qu’ils pouvaient.

Volontés contradictoires

Et le reste du continent ? Nous avons tergiversé, palabré, mais n’avons strictement rien fait, jusqu’à ce que la France prenne les choses en main en envoyant ses soldats arrêter la sauvage cavalcade des barbus au Coran. On se souvient tous de la liesse des Maliens lorsque François Hollande est allé leur rendre visite. Entre nous, où seraient arrivés les jihadistes aujourd’hui si la France n’était pas intervenue ? Peut-être à Abidjan ou à Dakar. Nous ne voulons plus que la France mette son nez dans nos affaires, mais nous sommes bien contents lorsqu’elle assure notre sécurité.

Nous voulons qu’elle nous lâche les baskets, mais nous lui réclamons des bourses et des visas pour étudier ou simplement vivre chez elle ; nous voulons qu’elle nous construise des amphithéâtres et répare au passage les climatiseurs en panne dans nos universités ; nous voulons être indépendants, mais en continuant de regarder son championnat de football et de soutenir ses équipes plus que les nôtres… De la France, nous voulons tout et son contraire. Nous l’aimons et la détestons à la fois. C’est comme ça depuis toujours.

Repenser la nature de l’aide

Alors, nous ne voulons plus de la Françafrique ? Mais qu’aurons-nous à sa place si la France nous lâchait vraiment ? La Chinafrique ? La Turquafrique ? La Brésilafrique ? Seraient-elles meilleures ? Ne nous faisons pas d’illusions. Tant que nous ne nous mettrons pas debout pour assurer nous-mêmes notre destin, il sera pris en charge par un autre peuple dont les intérêts ne coïncideront pas toujours avec les nôtres.

Et pour nous mettre debout, il serait peut-être temps que nous cessions de croire que nous devons nécessairement être assistés pour satisfaire tous nos besoins. Pour nous mettre debout, nous devrions peut-être réfléchir à la nature de l’aide que nous devrions demander aux autres, surtout à la France, dont nous partageons la culture. Cette aide ne devrait-elle pas être, comme le disait Thomas Sankara, « une aide qui nous aide à nous passer de l’aide » ?

Fermer

Je me connecte