Dossier

Cet article est issu du dossier «Crise en Libye : accord à Paris pour des élections le 10 décembre»

Voir tout le sommaire
Défense

Libye : paradis du trafic d’armes

Une ancienne base militaire syrienne de Mouammar Kadhafi, investie par les rebelles. © Francois Mori/AP/SIPA

Après la chute de Mouammar Kadhafi, ses réserves d’armes sont devenues des stocks en libre accès. Plongée dans une crise, la Libye est peu à peu devenue le paradis des trafiquants d’armes. Aujourd’hui l’export aussi bien que l’import ont créés une économie des armes.

Le rapport sur la circulation illégale des armes en Afrique du Nord, publié en avril par le Flemish Peace Institute, accorde naturellement une place de choix au cas libyen et éclaire l’évolution du trafic depuis la chute de Kadhafi. Le « Guide » avait amassé dans ses dépôts l’un des arsenaux de guerre les plus importants d’Afrique.

La circulation d’armes était évidemment strictement contrôlée, seuls quelques groupes proches du « Guide » étant autorisés à en détenir et à en faire – illégalement – commerce avec les pays de la région. En 2011, la révolution libyenne redéfinit les règles du jeu. Chefs de milices et trafiquants se servent alors dans les stocks de l’ancien régime, et alimentent à la fois les conflits intralibyens et régionaux. La ville de Sebha, dans le Fezzan, se transforme bientôt en hub régional du trafic d’armes du fait de sa proximité avec plusieurs entrepôts.

Economie des armes

En 2014, un rapport de l’ONU fait état de la multiplication de petits points de vente informels sur le territoire libyen. À Tripoli, le marché aux poissons est devenu un passage obligé pour qui souhaite se procurer AK-47, lance-roquettes et autres dangereux jouets. Les milices touboues prennent le contrôle des zones frontalières du Sud et organisent le commerce illégal vers le Soudan, le Mali, le Sinaï et jusqu’au Yémen.

Rien de plus simple que de se procurer des armes légères :  plusieurs pages libyennes proposent ce genre d’articles sur Facebook

Mais la multiplication des factions rivales et des microconflits à partir de 2014 inverse les flux. Le trafic vers l’extérieur s’assèche peu à peu, et les importations augmentent significativement, notamment depuis la Biélorussie et la Serbie. Le commerce des armes enrichit considérablement les factions qui se trouvent à Misrata, Zintan ou Ajdabiya.

Une véritable économie commence à se structurer : on peut acquérir en Libye un système de missiles antichars avec le combattant qui sait s’en servir pour 7 500 euros. Pour se procurer des armes plus légères, rien de plus simple : un tour sur Facebook, où plusieurs pages libyennes proposent ce genre d’articles, suffit à trouver son « bonheur ».

Fermer

Je me connecte