Politique

Mali : IBK et son Premier ministre, de vieux compagnons de route

Soumeylou Boubèye Maïga avec le président IBK (à gauche), en janvier, au palais de Koulouba. Les deux hommes se connaissent depuis près de trois décennies © Emmanuel Daou Bakary

« Le président Ibrahim Boubacar Keïta et moi, nous nous connaissons bien et cela facilite les choses », résume Soumeylou Boubèye Maïga, son Premier ministre.

Avant de constituer un tandem à la tête de l’État, les deux hommes ont fait leurs armes à la fin des années 1980 au sein du Parti malien du travail (PMT), une formation d’opposition au régime de Moussa Traoré.

Après la chute de ce dernier, en 1991, le Mali découvre le multipartisme. Boubèye Maïga et IBK rejoignent l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ), la formation d’Alpha Oumar Konaré.

À l’époque, il y avait de petites frictions entre eux » raconte une source

Ils entrent ensuite au cabinet du chef de l’État, le premier en tant que chef de cabinet, le second en tant que conseiller diplomatique. « À l’époque, il y avait de petites frictions entre eux », raconte une source qui connaît bien les deux personnages.

Nous avons toujours entretenu des relations de camaraderie, empreintes de respect mutuel » affirme Boubèye Maïga

En 2002, ils s’opposent lors de la succession à Konaré. IBK claque la porte de l’Adéma-PASJ pour fonder le Rassemblement pour le Mali (RPM). « Mais nous avons toujours entretenu des relations de camaraderie, empreintes de respect mutuel », affirme Boubèye Maïga, qui connaît bien la famille de la première dame, Aminata Maïga Keïta, elle aussi originaire de Gao.

En 2013, il apporte son soutien à IBK dès le premier tour de la présidentielle. « Nos parcours respectifs nous ont rapprochés au fil des ans », conclut celui qui est aujourd’hui un des premiers fidèles du chef de l’État.

Fermer

Je me connecte