RDC : Kabila boude ses pairs au sommet de Brazzaville sur le Bassin du Congo

Par Jeune Afrique

Joseph Kabila, président de la RDC, © Themba Hadebe/AP/SIPA

N'ayant pas jugé utile de faire le déplacement à Brazzaville le 29 avril pour le sommet de la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu, le président congolais Joseph Kabila a également choisi de ne pas donner à son « représentant personnel » à la réunion les pouvoirs nécessaires pour signer le protocole d'accord...

Succès personnel bienvenu pour son hôte, le président Denis Sassou Nguesso, le premier sommet de la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu a réuni le 29 avril à Brazzaville onze chefs d’État, dont le roi Mohammed VI. Il a été suivi dans la soirée par une réunion informelle à propos d’un tout autre sujet : la situation en RD Congo.


>>> A LIRE – Climat – Denis Sassou Nguesso : « Pour le bassin du Congo, fini le temps des promesses »


Les présents, parmi lesquels figuraient Paul Kagame (Rwanda), João Lourenço (Angola) et le président de la Commission de l’UA Moussa Faki Mahamat, ont échangé sur les perspectives électorales de 2018 en l’absence du principal concerné, Joseph Kabila.

Un isolement qui interroge

Ce dernier, échaudé par les critiques dont il avait fait l’objet de la part de ses pairs lors du sommet de la SADC à Luanda cinq jours plus tôt, n’a pas jugé utile de faire le déplacement.

Son « représentant personnel » à la réunion de Brazzaville, le vice-Premier ministre José Makila, n’avait par ailleurs pas reçu les pouvoirs nécessaires pour signer le protocole d’accord instituant la Commission climat du bassin du Congo et le Fonds bleu, au motif que les intérêts de la RD Congo n’y étaient pas suffisamment pris en compte.

Une attitude d’isolement jugée peu compréhensible par les participants.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici