Dossier

Cet article est issu du dossier «Algérie : le mystérieux Ali Haddad»

Voir tout le sommaire
Économie

Algérie : Ali Haddad, fan de foot et patron de club

Ali Haddad, à Alger en mars 2010. © Romain Laurendeau pour JA

L'homme d'affaires est également patron de l'USM depuis 2010. Et promet d'en faire une référence.

Ses amis le savent sportif, le grand public l’a découvert en septembre 2017. Sur sa page Facebook, Ali Haddad s’affiche en survêtement, crampons aux pieds, sur un terrain de Kabylie. Joueur le temps d’une rencontre entre amis… et patron de club. Celui de la capitale, l’USM Alger, sur lequel il jette son dévolu en 2010. Un pis-aller.

Car l’homme d’affaires rêve au départ de prendre les rênes de la JS Kabylie, le club de sa région natale et surtout l’équipe la plus titrée d’Algérie. Qu’à cela ne tienne. Ali Haddad jure de faire de l’USMA une référence. Le nouveau boss dépense sans compter. Il recrute des entraîneurs étrangers : Hervé Renard dès 2011, l’homme qui dirige désormais la sélection nationale marocaine. Un autre Français, Rolland Courbis, l’année suivante.

Un budget à  5 millions d’euros

Le coach se souvient d’un patron « sympa et gentil ». Ali Haddad porte le budget de l’USMA à plus de 5 millions d’euros. Une broutille pour le groupe ETRHB, qu’il dirige, mais une fortune comparée à d’autres clubs algériens. Longtemps dirigée par son frère Rebouh, l’USMA a désormais à sa tête Abdelhakim Serrar, ancien patron du club rival de Sétif.

Fermer

Je me connecte