Politique

Tunisie : la garde rapprochée de Rached Ghannouchi

Rached Ghannouchi, homme politique et chef du parti Ennahdha. © Ons Abid/JA

Dans la perspective des législatives de 2019, la campagne pour les élections municipales du 6 mai a été officiellement lancée le 14 avril. Ennahdha, le parti islamiste qu'il préside, sera central. Avec 170 listes, cette formation est présente partout, soutenant même des candidats indépendants.

• Lotfi Zitoun : fidèle parmi les fidèles 

Compagnon de route de Ghannouchi, dont il est le conseiller politique depuis leur exil à Londres, en 1991. Une proximité qui lui vaut quelques inimitiés au sein d’Ennahdha, d’autant qu’il se démarque par des positions particulièrement tolérantes.


>>>– A Lire: Tunisie : le RCD et Ennahdha discutent en vue des municipales


• Noureddine Bhiri : avocat et ex-ministre de la Justice 

Troisième vice-président d’Ennahdha. Resté à Tunis durant l’exil de Ghannouchi, ce familier des arcanes politiques et du monde des affaires préside depuis 2014 le groupe parlementaire du parti à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

• Ali Larayedh : ex-ministre de l’Intérieur et ex-chef du gouvernement 

Deuxième vice-président d’Ennahdha. Ce natif du sud de la Tunisie a connu la clandestinité et la prison. Il partage sa grande connaissance de la situation politique tunisienne avec Ghannouchi.

• Abdelfattah Mourou :  Avocat et cofondateur 

Nicolas Fauqué pour JA

Avocat et cofondateur avec Ghannouchi (son ami depuis cinquante ans) du Mouvement de la tendance islamique, devenu Ennahdha. Vice-président de l’ARP. Célèbre pour ses prises de parole, il se montre mesuré s’agissant des grandes décisions telles que l’amendement de la Constitution.

Fermer

Je me connecte