Les 50 Africains les plus influents – 34. Mahmoud Dicko

L'imam Mahmoud Dicko au siège du Haut conseil islamique du Mali, à Bamako (Mali) en 2013 © Émilie Régnier pour Jeune Afrique

Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique du Mali.

Originaire de Tombouctou, Mahmoud Dicko dirige depuis 2008 le Haut Conseil islamique du Mali (HCIM), qui fait l’interface entre les associations musulmanes, les mosquées et les autorités. Promoteur du wahhabisme au Mali, il a un temps été cité comme possible intermédiaire entre Bamako et le chef jihadiste Iyad Ag Ghaly.

Ses déclarations en faveur de l’instauration d’une république islamique ou après l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako, en 2015, font de l’imam de la mosquée sunnite réformée de Badalabougou un personnage controversé.


>>> À LIRE – Mali : l’imam Mahmoud Dicko voit dans le terrorisme « une punition divine » et crée la polémique


S’il avait officieusement fait campagne pour Ibrahim Boubacar Keïta lors de la présidentielle de 2013, son soutien au président sortant pour le scrutin de cette année (prévu en juillet) paraît moins net.

Lire les autres articles du dossier

«Les 50 Africains les plus influents»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici