Ecobank : la mission périlleuse de Laurence do Rego

Par - Envoyé spécial à Abidjan

Laurence do Rego, le 25 mars 2011, à Paris, France. © Vincent Fournier/Jeune Afrique/JA

La franco-béninoise Laurence do Rego est devenue en mai 2017 directrice de la banque commerciale. Un poste difficile, au sein d'une entité qui concentre 39 % des créances douteuses, qu'elle prévoit de transformer et de réorganiser.

Actrice majeure de la crise qui a abouti au renvoi de Thierry Tanoh, en mars 2014, la dirigeante franco-béninoise, alors directrice financière du groupe, est depuis mai 2016 directrice de la banque commerciale.

Tout sauf une sinécure. Ce pôle, dont les clients sont souvent des PME, représente seulement 17 % du portefeuille de prêts d’Ecobank. Il concentre pourtant 39 % des créances douteuses. Ses revenus ont chuté, en 2017, à 361 millions de dollars (301 millions d’euros), pour une perte nette de 32 millions, tandis que son coefficient d’exploitation, en recul à 74,1 %, reste le plus élevé du groupe. Do Rego a lancé dès son arrivée un plan de transformation quinquennal.

La première phase, centrée sur la réorganisation (risques, performance commerciale, recouvrement de créances), a permis d’accroître les revenus du financement du commerce (+34 %) et les dépôts (+8 %).

La deuxième phase, dite « stratégie de mise en marché », démarre en juin 2018. Elle ciblera 15 principaux pays (85 % des revenus) ainsi que les services non liés au crédit et aux actifs (gestion de trésorerie, opérations de change et financement commercial).

Lire les autres articles du dossier

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici