Congo-Brazzaville : un tweet de la France déconcerte les autorités congolaises

Par Jeune Afrique

Thierry Moungalla, ministre de la Communication et des Médias et porte-parole du Congo-Brazzaville, à Paris le 09 octobre 2015. © Vincent Fournier/JA

Suite à un tweet posté début avril par le porte-parole du gouvernement français indiquant que le Congo « enferme ses opposants », son homologue congolais Thierry Moungalla lui a demandé sur le même réseau social de « préciser sa pensée ».

« Comment la France peut avoir des relations avec le Congo, qui enferme ses opposants ? […] » Brazzaville n’a pas apprécié ce tweet posté le 4 avril par Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement français. Les autorités congolaises ont toutefois attendu des « éclaircissements » avant de répliquer.

Ceux-ci se faisant attendre, Thierry Moungalla, son homologue congolais, lui a demandé, sur le même réseau social, de « préciser sa pensée ».

Justifications

« La phrase reprise dans ce tweet est une question posée au secrétaire d’État au cours d’un échange avec des habitants de Chambly, au nord de Paris », justifie l’entourage de Griveaux.

Ce dernier a, lui, rappelé dans sa réponse que rompre les relations bilatérales « serait la pire des choses à faire ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici