Sénégal : Moustapha Niasse, plutôt heureux en affaires

Moustapha Niasse, alors candidat à la présidentielle, s'exprime devant ses supporters, le 23 février 2007. © REBECCA BLACKWELL/AP/SIPA

Au Sénégal, le président de l'Assemblée nationale Moustapha Niasse, 78 ans, est connu pour sa longévité, mais aussi pour sa fortune.

« Je n’essaie pas de passer par le trou du rat pour entrer dans le magasin de grains », aime à dire Moustapha Niasse pour faire taire les rumeurs sur sa voracité en affaires. Après son départ du gouvernement en 1984, il s’est investi avec des partenaires saoudiens dans un groupe d’assurances, Sosar al-Amane. Surtout, il s’est rapproché du principal trader pétrolier du Sénégal, Abdoulaye Diao, qui venait de lancer International Trade Oil and Commodities (Itoc). Il en est devenu actionnaire.


>>> A LIRE – Sénégal : Moustapha Niasse, le survivant


En 1988, il est aussi entré au capital d’une grande compagnie d’or noir internationale, Oryx Energies, fondée par le tycoon suisse Jean-Claude Gandur. Dans les années 2000, selon le quotidien sénégalais La Tribune, ses parts dans celle-ci lui ont rapporté 5 milliards de F CFA par an (7,6 millions d’euros).

Je ne suis pas assis sur des millions de dollars, car je partage beaucoup avec mes parents et mes proche

« J’ai eu des actions chez Oryx jusqu’en février 2006, reconnaît Moustapha Niasse aujourd’hui. Puis j’ai quitté le groupe. Je ne suis pas assis sur des millions de dollars, car je partage beaucoup avec mes parents et mes proches. » Le président de l’Assemblée est tout de même assez fortuné pour se déplacer en hélicoptère.

« Cet Écureuil B2 ne m’appartient pas, précise-t-il. Il est la propriété de l’une des sociétés que j’ai créées et dans laquelle j’ai des actions. » Le numéro deux de l’État sénégalais ajoute qu’il a fait, comme le veut la loi, sa déclaration de patrimoine et que, conformément au règlement intérieur de l’Assemblée, il ne se trouve pas dans une situation d’actionnaire majoritaire.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici