Maroc : le carnet d’adresses subsaharien de Mohammed VI

Le roi du Maroc, pendant son allocution, le 31 janvier,au siège de l’UA, à Addis-Abeba. © MAP

Au sud du Sahara, Mohammed VI a noué un réseau de relations personnelles dense, entretenu par de nombreuses rencontres, invitations et conversations téléphoniques.

Alassane Ouattara, Macky Sall, Alpha Condé, Faure Gnassingbé sont en Afrique de l’Ouest régulièrement consultés par le roi, tout comme, en Afrique centrale, Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso.

Longtemps considérées comme réservées, voire hostiles au retour du Maroc sur la scène panafricaine, les Afrique anglophone et lusophone sont désormais « terra cognita » pour M6, qui entretient de bons rapports avec Paul Kagame, Nana Akuffo Ado, João Lourenço et même Muhammadu Buhari.

Un « tropisme africain »

Dernière recrue en date de son carnet d’adresses : le Libérien George Weah, lequel a réservé au Maroc l’un de ses tout premiers voyages en tant que chef d’État. Attentif, le souverain s’enquiert volontiers des soucis familiaux ou de santé de ses interlocuteurs – y compris lorsqu’il est lui-même convalescent, comme c’était le cas tout récemment – et ne néglige pas ses amis dans la difficulté. Karim Wade, en faveur de qui il est très discrètement intervenu lors de son séjour en prison, en a fait l’expérience.

Habitués du royaume et du Palais, où ils ont leurs entrées, les Ivoiriens Georges Ouégnin, Hamed Bakayoko et Guillaume Soro peuvent en témoigner : le « tropisme africain » de M6 n’est pas feint, et le réduire à une simple appétence économique est un contresens.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici