Politique

Mauritanie : qui pour succéder à Mohamed Ould Abdelaziz en 2019 ?

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz. © AMI pour J.A.

En annonçant qu’il ne briguerait pas sa succession en 2019, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a pris de court la majorité comme l’opposition. Et ouvert le jeu politique.

C’est une situation politique inédite qu’a créée le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz en confirmant, dans une interview à JA, qu’il ne briguerait pas sa propre succession en 2019, conformément à la Constitution, « qui limite à deux le nombre des mandats présidentiels ». Et d’ajouter qu’il soutiendrait un candidat, mais qu’il n’avait pas encore arrêté son choix. Pour la première fois dans l’histoire du pays, une alternance démocratique et pacifique semble possible.

Orpheline de son chef, la majorité s’en est trouvée déboussolée. Certains ont tenté – en vain – de faire revenir « Aziz » sur sa décision. D’autres, parmi les caciques du parti présidentiel, l’Union pour la République (UPR), commencent à nourrir des ambitions, accentuant les rivalités au sein de la formation.

De la stupeur au combat des chefs

L’opposition est tout aussi perdue. En annonçant son retrait, le chef de l’État lui a retiré le seul argument qui la fédère : la dénonciation d’un homme arrivé au pouvoir par un coup d’État et qu’elle accuse de vouloir modifier la Constitution à son profit. En outre, « Aziz » n’ayant pas désigné de dauphin, elle ne sait plus qui prendre pour cible.

Mais dans les deux camps la stupeur n’aura duré qu’un temps, les regards s’étant rapidement tournés vers les élections municipales, régionales et législatives prévues pour cette année – peut-être, dit-on, en septembre. Il est donc urgent de mettre les troupes en ordre de bataille.

Côté majorité, la guerre des chefs couve depuis des mois au sein de l’UPR entre le Premier ministre, Yahya Ould Hademine, le président du parti, Sidi Mohamed Ould Maham, l’ancien Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf et le ministre de l’Économie et des Finances, Moctar Ould Diaye. Des déchirements qui expliquent en partie la faible participation au référendum constitutionnel du 5 août 2017 (officiellement 53,75 %) qui avait irrité le président.

La machine électorale majoritaire de l’UPR est lancée à l’initiative du président, qui reste à la barre

Pas question pour ce dernier de revivre pareil désaveu larvé au cours des échéances électorales qui précéderont son départ. « Il n’y aura pas de vide », répète-t-il. Pour lui, la majorité doit poursuivre l’œuvre de modernisation et de développement amorcée par son chef. « Aziz » a donc sommé ses partisans de se retrousser les manches.

Il a mis en place une « commission de dynamisation » de l’UPR présidée par le ministre de la Défense, Diallo Mamadou Bathia, qui a organisé, début mars, des journées de concertation, lesquelles ont débouché sur des propositions de réformes.

Guerre d’ego dans l’opposition

Il est en effet vital de muscler le parti en modernisant ses structures, en démocratisant son fonctionnement et en rajeunissant ses cadres. De même est-il indispensable d’accroître le nombre d’adhérents et de défendre le bilan du chef de l’État aux quatre coins du pays. La machine électorale majoritaire est lancée à l’initiative du président, qui reste à la barre.

La principale composante de l’opposition radicale, le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), qui regroupe notamment le parti islamiste Tawassoul, le RFD, d’Ahmed Ould Daddah, l’UFP, de Mohamed Ould Maouloud, ainsi que des représentants de la société civile, n’est pas non plus au mieux. Elle n’a pas su exploiter le relatif échec du référendum.

L’opposition va vraisemblablement devoir renoncer à boycotter les futurs scrutins

Le 19 février, Me Ahmed Salem Ould Bouhoubeyni, ancien président du FNDU, en tirait de sombres conclusions dans Le Quotidien de Nouakchott : « L’opposition a atteint le sommet de l’échec et de la faillite […]. Son intransigeance et son radicalisme n’ont jamais été d’un apport positif […]. Dans ces conditions, elle ne constitue guère une alternative. » Car dans l’opposition aussi la guerre des ego fait des dégâts.

Stratégies présidentielles

En outre, le boycott systématique des élections préconisé par Ahmed Ould Daddah l’a marginalisée, à l’exception de Tawassoul, qui, par intermittence, joue habilement sa carte. L’opposition va vraisemblablement devoir renoncer à boycotter les futurs scrutins, élaborer un programme commun qui ne se résume pas à la dénonciation des années « Aziz » et désigner son champion pour la présidentielle de 2019.

Le patron du FNDU, Mohamed Ould Maouloud, a d’ailleurs semblé exclure le boycott lors d’une conférence de presse, le 14 mars. « La question est comment gagner les prochaines élections et non pas faut-il boycotter ou participer ? » Quant à la perspective d’une candidature unique à la présidentielle, il déclare que « toutes les options sont sur la table », en attendant les conclusions de la commission chargée l’an dernier de la préparation de l’alternance.

Les législatives seront le premier round du combat entre majorité et opposition

Son discours a souligné « le rétrécissement des espaces de liberté » par le pouvoir : prolongement de l’incarcération préventive du sénateur Ghadda, accusé de corruption ; sénateurs, journalistes et syndicalistes placés en résidence surveillée ; militants de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) emprisonnés.

Les ténors du FNDU ont pris leur bâton de pèlerin pour soutenir les victimes de la sécheresse et « dénoncer l’indifférence coupable du pouvoir ». À Nema, le 16 mars, le président de Tawassoul, Mohamed Mahmoud Ould Seyidi, a enfoncé le clou en attaquant « le lobby dirigeant [qui] cherche à maintenir le contrôle de l’État et de la force », appelant à « refuser la reconduction d’un système rejeté par les populations ».

Le dauphin de Mohamed Ould Abdelaziz

Les législatives seront le premier round du combat entre majorité et opposition. Elles permettront de mesurer le rapport des forces en présence. De leur résultat dépendra la stratégie présidentielle en vue de la succession. Le chef de l’État ne devrait donc pas choisir « son » candidat avant cette échéance.

Sont sur les rangs, selon les observateurs, son ami Cheikh Ould Baya, ancien colonel et maire de Zouerate, négociateur des accords de pêche avec Bruxelles, et son frère d’armes, le chef d’état-major Mohamed Ould Ghazouani, qui doit quitter l’armée en octobre. À moins qu’« Aziz » ne jette son dévolu sur un jeune outsider. Le suspense est entier.


Dégraissage et rajeunissement à l’UPR

Il fallait « redynamiser » l’Union pour la République (UPR), le somnolent parti présidentiel, car de sa mobilisation dépendra la victoire aux échéances des prochains mois et notamment à la présidentielle de 2019.

À l’issue de nombreuses discussions, le conseil national du parti a décidé de dégraisser les instances dirigeantes et de les muscler. Le conseil national et le bureau exécutif verront ainsi le nombre de leurs membres passer respectivement de 320 à 95 et de 33 à 21.

D’autre part, un bureau politique sera créé. Il réunira le Premier ministre, le ministre secrétaire général de la présidence, le président de l’UPR, le président de l’Assemblée nationale, s’il est UPR, sinon le président du groupe parlementaire de l’UPR, le secrétaire exécutif chargé des affaires politiques, plus deux membres désignés pour équilibrer les rapports de force.

Un congrès sera organisé dans les prochaines semaines pour entériner ces réformes et procéder au rajeunissement des responsables du parti. Sans attendre cette échéance, les ministres et les élus ont commencé à arpenter le pays pour faire valoir le bilan du président et convaincre un maximum d’électeurs d’adhérer à l’UPR.

Fermer

Je me connecte