Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Africa CEO Forum 2018 : l'heure de la transformation»

Consulter le sommaire

Africa CEO Forum : au service de l’essor du secteur privé

par

Frédéric Maury est directeur éditorial à Jeune Afrique Media Group. Auparavant rédacteur en chef du pôle économie de Jeune Afrique, il pilote les programmes et contenus éditoriaux du pôle conférences, notamment ceux du Africa CEO Forum.

Suivre cet auteur

De g. à d., Cheikh Oumar Seydi, directeur régional d’IFC pour l’Afrique subsaharienne, Amir Ben Yahmed, président du Africa CEO Forum et Jingdong Hua, vice-président et trésorier d'IFC. © Africa CEO Forum

Depuis sa création il y a six ans, le Africa CEO Forum s’est imposé comme la grande conférence annuelle du secteur privé africain.

Lors de la première édition, qui s’est tenue en novembre 2012, vous étiez 400 PDG, membres de conseils d’administration, directeurs généraux adjoints, directeurs Afrique, dirigeants de banque, associés de cabinets d’avocats ou de grands cabinets de conseil à participer à l’événement. Dans quelques jours, à Abidjan, vous serez près de 1 500. Soit un taux de croissance annuel du nombre de participants de 30 %. Un résultat qui n’a rien à envier aux performances des plus beaux champions africains !

Les chiffres sont éloquents : des grandes entreprises et sociétés d’investissement venues de 39 pays africains, représentant 99,8 % du PIB continental ; des multinationales et institutions issues de 28 pays non africains, de l’Australie aux États-Unis en passant par l’Inde ou le Qatar ; plus de 300 dirigeants de groupes réalisant plus de 500 millions de dollars de chiffre d’affaires ; les décideurs de sept des 20 plus importantes banques du continent, dont les plus grands établissements d’Afrique du Nord, d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique de l’Est.

Les entrepreneurs africains, ces « héros »

Organisé en alternance en Afrique et à l’international, le Africa CEO Forum n’est évidemment pas qu’une question de chiffres. Ce qui nous pousse et nous motive avant tout, c’est le développement économique de l’Afrique par la libération des énergies entrepreneuriales.

Dans un contexte compliqué marqué par un climat des affaires globalement difficile et des marchés trop souvent étroits, les entrepreneurs africains sont des « héros » – pour paraphraser Jean-Michel Severino, gérant du capital-­investisseur Investisseurs & Partenaires (I&P). Sont-ils à eux seuls la solution ? Certainement pas. Aucun pays, y compris les États-Unis, ne s’est construit sur la seule énergie de ses hommes (et femmes) d’affaires : sans leader politique de qualité, aucune issue.

Un moteur de changement

Mais, nous en sommes convaincus, le secteur privé africain doit être davantage un moteur du changement. En se transformant lui-même, en étant plus compétitif et plus inclusif, il peut contribuer à l’accélération radicale de la dynamique économique du continent, comme d’ailleurs il le fait déjà en rendant possible une intégration régionale contre laquelle les politiques luttent trop souvent.

Au-delà des deux jours de conférences, les 26 et 27 mars, la vocation du Africa CEO Forum est de s’adapter à ces nouveaux enjeux. Et il sera désormais temps de vous accompagner tout au long de l’année, à la fois par le biais de nouveaux événements mais aussi par la production de contenus utiles aux décideurs. Car la bataille du secteur privé africain ne peut plus se limiter à deux jours de débats !

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici