Le match de la semaine : Noël Akossi Bendjo face à Fabrice Sawegnon en Côte d’Ivoire

©

C'est l'un des bras-de-fer les plus tendus de la campagne des élections municipales en Côte d'Ivoire. Alors même que la date du scrutin n'a pas été fixée, les deux hommes sont à couteaux tirés pour remporter la mairie du Plateau.

Dans la commune du Plateau (Abidjan), qui abrite la plupart des institutions ivoiriennes, deux hommes s’affrontent pour le contrôle de la mairie : Noël Akossi Bendjo, 67 ans, qui est à sa tête depuis dix-sept ans, et Fabrice Sawegnon, 46 ans, qui rêve de le détrôner. Comme Bendjo, un autochtone atchan, Sawegnon, fils d’immigrés béninois, a grandi au Plateau, dans une famille de cheminots. Le premier a fait l’essentiel de sa carrière à la Société ivoirienne de raffinage (SIR), le second a fait fortune dans la communication et l’événementiel.

L’édile et le publicitaire se bagarrent déjà. Objet de leur convoitise : la mairie du Plateau

La date des municipales de 2018 n’est pas encore fixée que, déjà, ces rivaux sont en campagne. À cela, deux raisons. D’abord, les enjeux financiers sont énormes. Avec un budget annuel de 9 milliards de F CFA (13,7 millions d’euros), la commune la moins peuplée de la capitale économique (moins de 8 000 habitants) est aussi l’une des plus riches du pays.

Ensuite, sur le plan politique, cette lutte a valeur de symbole. Numéro deux du secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, d’Henri Konan Bédié), Bendjo est l’un des principaux opposants au projet de parti unifié – et donc un adversaire du président de la République, dont Sawegnon est l’un des plus fervents partisans.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : le RDR et le PDCI iront ensemble aux sénatoriales


À la tête de l’agence Voodoo, le publicitaire est l’un des artisans des campagnes électorales et de la communication d’Alassane Ouattara. Le couple présidentiel ne cache pas son admiration pour ce self-made-man, qui séduit aussi bien dans les rangs du PDCI que dans ceux du Rassemblement des républicains (RDR, la formation de Ouattara).

Son verbe tranchant attire à lui une jeunesse abidjanaise branchée sur les réseaux sociaux et friande de piques assassines. Bendjo n’est pas en reste. Il affirme qu’il n’a pas de concurrent et que Sawegnon est « un gamin qui s’essaie à la politique ».

J’ai fait campagne pour quatorze candidats à la présidentielle dans différents pays africains, treize l’ont emporté

« Je suis un gamin brillant, rétorque avec humour l’intéressé. J’ai fait campagne pour quatorze candidats à la présidentielle dans différents pays africains, treize l’ont emporté. » Bref, ce match politique s’apparente à une formidable bataille d’ego.

Roue panoramique

Les invectives et même les violences physiques qui ont mis aux prises leurs partisans ont d’ailleurs conduit Sawegnon ainsi que des proches de Bendjo devant les tribunaux, reléguant au second plan les projets des candidats : pour le maire, un immeuble de quinze étages, d’un coût de 40 milliards de F CFA, qui devrait être le plus grand centre commercial du pays ; pour son concurrent, un vaste projet visant à rendre la commune « plus dynamique, plus verte et plus belle ».


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Fabrice Sawegnon toujours déterminé à briguer la mairie du Plateau


Si le publicitaire a gagné la bataille médiatique, la victoire électorale, elle, n’est pas assurée

Si le publicitaire a gagné la bataille médiatique, la victoire électorale, elle, n’est pas assurée. Lors des législatives de 2016, qui ont servi de test, le candidat qu’il adoubait a perdu face au poulain de Bendjo.

Mais attention, cette guerre des chefs pourrait profiter au très discret Ouattara Dramane, alias OD, 53 ans. Natif de Tafiré (Nord), ce cadre de l’administration des impôts qui, en 1994, contribua à implanter le RDR au Plateau, recrute au sein de la société civile et des trois grands partis du pays, visant clairement les indécis.

Récemment, il a créé la surprise en rassemblant des milliers de jeunes au Plateau. Son projet phare ? Une roue panoramique, semblable à celle de Singapour. Sans doute espère-t-il la voir tourner en sa faveur…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici