Côte-d’Ivoire : Jean-Louis Billon au coude-à-coude avec Thierry Tanoh

Par - Baudelaire Mieu, à Abidjan

Thierry Tanoh, ministre ivoirien du Pétrole, de l'Énergie et du Développement des énergies renouvelables, lors d’un meeting à Abidjan, en octobre 2015. © Issouf SANOGO/AFP

Si les deux cadres du PDCI ont les mêmes visées pour la présidentielle, Jean-Louis Billon et Thierry Tanoh sont en concurrence. Plus novice en politique, ce dernier, ministre du Pétrole, de l’Énergie et du Développement des Énergies renouvelables, a néanmoins des atouts bien différents.

Même génération, même famille, même ambition. Dans le système Billon, Thierry Tanoh pourrait être un allié s’il n’était un concurrent. Liés par leurs femmes, Henriette et Sylvie, filles de Charles Gomis, les deux cadres du PDCI, membres de l’organe exécutif du parti, ont les mêmes rêves présidentiels mais des atouts bien différents.

Brillant technocrate passé par Harvard, Tanoh est plus novice en politique. Cet économiste a passé l’essentiel de sa carrière à la Société financière internationale, dont il est devenu vice-président en 2008. En 2012, il est nommé directeur général d’Ecobank, mais en est brutalement évincé en 2014. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il rentre en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara le nomme secrétaire général adjoint de la présidence.

Contrairement à Jean-Louis Billon, élu au conseil régional du Hambol avec l’étiquette RDR, Thierry Tanoh ne s’est jamais éloigné du PDCI

En janvier 2017, lorsque Billon est débarqué du gouvernement, Tanoh entre en pleine lumière : il se voit offrir le maroquin du Pétrole, de l’Énergie et du Développement des énergies renouvelables. Mais c’est une déception pour cet homme pressenti en 2015 pour devenir Premier ministre et qui pouvait espérer au moins obtenir le portefeuille de l’Économie et des Finances.

Proche d’Henri Konan Bédié

Encore récemment proche de Ouattara, qui en avait fait un de ses poulains, le ministre est désormais plus éloigné du cœur du pouvoir et fait les frais des tensions qui n’ont cessé d’augmenter ces derniers mois entre le RDR, le parti présidentiel, et le PDCI. Sans doute plus encore que Billon.

Tanoh est en effet très proche d’Henri Konan Bédié, qui l’a élevé après le décès de son père. Les deux hommes ont également des liens familiaux : la cousine de Tanoh est l’épouse de Jean-Luc, le fils de Bédié. Le « Sphinx de Daoukro » aime vanter l’arrivée récente de Tanoh en politique, et son image d’homme neuf, sans oublier de souligner – avec malice – sa constance.

Contrairement à Jean-Louis Billon, élu au conseil régional du Hambol avec l’étiquette RDR, Thierry Tanoh ne s’est jamais éloigné du PDCI.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici