Dossier

Cet article est issu du dossier «Le bilan en demi-teinte des villes nouvelles africaines»

Voir tout le sommaire
BTP & Infrastructures

Immobilier : le groupe Duval pose ses fondations

Le quartier du Plateau, à Abidjan, où l’entreprise rénove la tour Shell. © Jacques Torregano pour JA

Pelegrina, filiale du groupe français, poursuit son implantation en Afrique francophone. Sans l’aide de la CDC, qui a mis en sommeil son partenariat.

Au début de janvier, Pelegrina a obtenu le permis de construire pour la réhabilitation de la tour Shell, un immeuble de bureaux au Plateau, le quartier d’affaires de la capitale économique ivoirienne. Le bâtiment de quatorze étages, construit dans les années 1970, sera partiellement démoli et désamianté pour accueillir douze étages flambant neufs. Une gageure après des années d’atermoiement et une négociation laborieuse avec les anciens propriétaires.

Au terme d’un an et demi de travaux, qui sont sur le point de commencer, elle doit être habillée d’une façade tout en verre pour permettre la vue sur la lagune Ébrié, et ses 12 étages auront une capacité de quarante postes chacun. La livraison est prévue pour 2019. Un satisfecit pour André Chaffin, un ancien de Bouygues et de la BNP nommé patron de la filiale abidjanaise, qui compte six salariés et se concentre sur la conception et la réalisation de tours de bureaux et de centres commerciaux.

Offensives africaines

D’autres projets sont dans le viseur en Côte d’Ivoire, puis à Dakar et, plus largement, dans la sous-région – Bénin, Burkina, Cameroun et Mali. Objectif : porter la part du chiffre d’affaires de Duval (700 millions d’euros par an) réalisée à l’international de 1 % en 2016 à 20 % dès la fin de 2018, principalement en Afrique et en Asie. C’est d’ailleurs au Togo que l’ouverture du premier mall ouest-africain de Pelegrina est attendue, d’ici à juin. Shop’in Lomé est situé sur un terrain de 2,7 ha voisin du Rond-Point GTA, le long de la N1 qui file plein nord vers le Burkina.

Le groupe en a sécurisé le bail pour soixante ans auprès de l’État, avec une possible reconduction de trente ans. Et plusieurs enseignes ont déjà signé pour obtenir une place dans ce centre commercial de 13 000 m², comme Kiabi, Go Sport, Celio ou encore City Sport… s’il n’y a pas de nouveau report. Dans la foulée de l’annonce, en juillet 2017, de cette implantation, le programme d’ouverture avait en effet été revu en raison de l’instabilité politique grandissante au Togo et des manifestations à répétition des opposants au président, Faure Gnassingbé.

Le dernier volet de cette offensive africaine avait été amorcé le 28 novembre 2017 par un accord de partenariat avec le groupe SNI, la filiale consacrée aux logements sociaux de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui visait notamment au développement d’une offre locative pour les familles des métropoles naissantes de ­l’Uemoa. Et à la recherche de financeurs externes… Mais c’était compter sans l’orientation stratégique retenue par Éric Lombard, le nouveau patron de la CDC.

Le groupe SNI, renommé par ses soins CDC-Habitat, est prié de se recentrer sur les 348 000 logements dont il a la charge en France. Exit donc la piste africaine évoquée avec Duval. Du côté de chez Duval, on ne fait aucun commentaire sur les activités de sa filiale africaine créée en 2015 dont le siège est à Lomé et à Abidjan. Mais le cap d’un rapide développement sur le continent reste inchangé.


Un condisciple de Macron À l’offensive

V. Fournier/JA

La nomination il y a un an de Jules-Armand Aniambossou au poste de DG Afrique de Duval n’a rien d’anodin. L’ancien ­ambassadeur du Bénin en France est un proche du président français, Emmanuel Macron, connu sur les bancs de l’ENA. Tous deux sont diplômés de la promotion Senghor – dont Aniambossou aurait poussé le nom. En témoigne la présence du Franco-Béninois au sein du Conseil présidentiel pour l’Afrique, lancé par Emmanuel Macron.

Fermer

Je me connecte