Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle 2018 : le Mali est-il vraiment prêt ?»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Mali : Moussa Mara à la rencontre de dirigeants français

Moussa Mara, candidat à l'élection présidentielle au Mali prévue pour 2018 © Vincent Fournier/JA

En pleine campagne pour la présidentielle prévue le 29 juillet prochain au Mali, Moussa Mara, l'ex-Premier ministre de Ibrahim Boubacar Keïta et le chef du parti Yelema, a rencontré plusieurs responsables en France du 26 février au 2 mars.

À Paris, du 26 février au 2 mars, l’ex-Premier ministre Moussa Mara a battu campagne en vue de la présidentielle prévue le 29 juillet, durant laquelle le président Ibrahim Boubacar Keïta devrait, sauf coup de théâtre, être candidat à un second mandat.


>>> A LIRE – Mali : comment l’opposition se met en ordre de marche pour la présidentielle de 2018


Comme à son habitude, Moussa Mara, le chef du parti Yelema, a rendu visite à Étienne Giros, président délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian), à Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, et à Rémi Maréchaux, directeur Afrique au Quai d’Orsay.

L’opposition choisira-t-elle la stratégie du candidat unique ?

Pour cette prochaine élection, l’opposition se prépare en effet selon une stratégie qui ne fait pas l’unanimité. Si certains, comme les sympathisants de Soumaïla Cissé, chef de l’opposition malienne et président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), principal adversaire d’IBK, prônent une candidature unique de l’opposition, d’autres, comme Moussa Mara, souhaitent plusieurs candidatures issues de l’opposition.

Fermer

Je me connecte