Mondial 2026 : Drogba et Eto’o, attaquants de pointe au service de la candidature marocaine

Didier Drogba et Samuel Eto'o, en 2010 à Paris. © acques Brinon/AP/SIPA

Pour promouvoir sa candidature, le royaume s'est attaché les services de deux ambassadeurs de choc.

C’est une annonce qui ne devrait pas bouleverser les dirigeants de Phoenix Rising FC, le club américain de Ligue 2 où Didier Drogba a décidé d’achever sa carrière à la fin de l’année, alors que leur pays s’est associé à ses voisins mexicain et canadien pour accueillir le premier Mondial à quarante-huit participants. L’Ivoirien, par ailleurs actionnaire du club de l’Arizona, a été choisi par la Fédération royale marocaine de football (FRMF) pour promouvoir, en compagnie du Camerounais Samuel Eto’o, la candidature du royaume.


>>> A LIRE – Samuel Eto’o : « Tenter autre chose à la tête de la CAF n’est pas une mauvaise idée… »


Les deux hommes ont été approchés par le comité local d’organisation, ainsi que par la Confédération africaine de football (CAF), qui s’est engagée derrière le Maroc. Toujours en activité lui aussi, l’ex-capitaine des Lions indomptables évolue à Konyaspor (Turquie). Dans un entretien accordé à Jeune Afrique en mars 2017, il avait déjà laissé entendre qu’il était disposé à apporter son soutien au Maroc si celui-ci confirmait sa candidature.

Diplomatie sportive

« Eto’o entretient de bons rapports avec Ahmad Ahmad, le président de la CAF. Drogba également. On peut donc supposer qu’Ahmad a fait un peu de lobbying, mais toutes les discussions ont été menées dans la plus grande discrétion », assure un proche de l’instance. Fouzi Lekjaa, président de la FRMF, évoque d’ailleurs « une candidature africaine ». De fait, le royaume compte sur les voix des 53 autres fédérations du continent pour se rapprocher des 104 suffrages nécessaires et rafler la mise.

« C’est évidemment une très bonne chose que des joueurs de la dimension d’Eto’o et de Drogba s’impliquent dans le dossier marocain. Cela ne sera évidemment pas déterminant au moment du vote final, mais ces soutiens sont importants. En théorie, tous les pays africains devraient voter pour le Maroc, lequel a signé un grand nombre de partenariats avec des fédérations dans le cadre de la diplomatie sportive voulue par le roi, et j’espère que d’autres grands noms du football continental soutiendront cette candidature », analyse Abdeslam Ouaddou, ex-défenseur des Lions de l’Atlas. Lequel caresse l’espoir que « des pays européens comme la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie » verront d’un bon œil la candidature marocaine et la soutiendront officiellement.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici