Côte d’Ivoire : la direction du Conseil café-cacao face à sa première crise grave

Par Jeune Afrique

La Côte d'Ivoire est le 1er producteur mondial de cacao. © Philippe Guionie/Myop pour Jeune Afrique

Le directeur général de la firme s'est séparé de son adjoint chargé des statistiques et de la commercialisation extérieure. La direction de l'institution fait face à sa première grande crise, depuis son installation en octobre dernier.

La nouvelle direction du Conseil du café-cacao traverse sa première grave crise depuis son installation, en octobre 2017. Yves Brahima Koné, son directeur général, a demandé et obtenu le départ à l’amiable de Lamine Claude Bamba, son adjoint chargé des statistiques et de la commercialisation extérieure.


>>> A LIRE – Côte d’Ivoire : le Conseil du café-cacao au cœur du chaos


Il est reproché à ce dernier d’avoir pris seul des décisions telles que l’attribution de gré à gré, en décembre 2017 et janvier 2018, d’environ 180 000 tonnes de fèves à des multinationales du négoce et à des opérateurs nationaux, en dehors du système de vente habituel.

Effondrement des cours du cacao

En décembre dernier, à l’ouverture de la campagne de commercialisation du cacao, la Côte d’Ivoire a fait face à l’effondrement des cours en restructurant la filière et en luttant contre l’exportation clandestine vers le Ghana, son premier concurrent.

À eux deux, la Côte d’Ivoire et le Ghana représentent plus de 60 % de la production mondiale, estimée à 4,7 millions de tonnes en 2016-2017.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici