Diplomatie

Centrafrique : des militaires russes investissent le palais de Berengo

Un soldat des Forces armées centrafricaines (FACA) dans le palais Berengo de Jean Bedel Bocassa près de Pissa, à 80 km au sud-ouest de Bangui, en Centrafrique, en janvier 2014 © Jerome Delay/AP/SIPA

Les forces russes et les forces armées centrafricaines se sont installées dans le palais de l’empereur déchu Jean-Bedel Bokassa. Une décision qui déplaît fortement à la famille du défunt.

Plusieurs héritiers de l’ex-président Jean-Bedel Bokassa, en colère, envisagent de porter l’affaire en justice. Des hommes en uniforme se sont installés dans le palais de Berengo, depuis lequel l’empereur autoproclamé régnait sur la Centrafrique.

Pillé après la chute de ce dernier, l’ensemble de bâtiments avait déjà accueilli durant la guerre civile de 2013-2014 des anciens partisans François Bozizé ralliés à la Séléka. Ces derniers, nous confie un membre de la famille Bokassa, souvent très jeunes, y survivaient tout juste. L’un de ses fils, Georges, en revendique aujourd’hui la propriété avec le soutien de sa famille.

Les nouveaux « locataires » – des Blancs en tenue de camouflage – sont des militaires russes qui se partagent de grandes tentes couleur sable avec des soldats centrafricains. Mi-décembre 2017, Moscou a en effet annoncé qu’il livrerait des armes et enverrait des instructeurs aux forces armées centrafricaines début 2018.


>>> A LIRE – Centrafrique : arrivée d’une première livraison d’armes russes à Bangui


Simplice Sarandji, le Premier ministre, a été contacté par un héritier de Bokassa. Catherine, la veuve de ce dernier, a rencontré le président, Faustin-Archange Touadéra (FAT), tandis que Jean-Serge Bokassa, ministre de l’Intérieur et fils de l’empereur déchu, a pris rendez-vous avec FAT.

Fermer

Je me connecte