Diplomatie

UE : comment Tunis est sorti du paradis ?

Pierre Moscovici en juillet 2016 © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Après un peu plus d'un an de liste noire, la Tunisie est sortie de la liste européenne des paradis fiscaux grâce à un important lobbying.

Depuis que l’UE l’a classée, le 5 décembre 2017, sur la liste des paradis fiscaux, la Tunisie s’est livrée à un intense lobbying diplomatique auprès de ses partenaires européens (France, Allemagne, Italie…) tandis que l’équipe de Hichem Ben Ahmed, le secrétaire d’État au Commerce extérieur, multipliait les visites à Bruxelles. Avec succès : le pays a été retiré de cette liste noire le 23 janvier.


>>> A LIRE – La Tunisie sort de la « liste noire » européenne des paradis fiscaux


Dans l’ombre, Patrice Bergamini, l’ambassadeur de l’UE à Tunis, s’est employé à expliciter les exigences européennes. Désormais classée parmi les « pays et juridictions coopératifs qui doivent respecter leurs engagements », la Tunisie a adopté une fiscalité plus transparente.

Cette décision devrait apaiser les tensions avec Bruxelles. Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, avait annulé sa visite à Tunis en février, Carthage n’ayant pas souhaité le recevoir tant que la crise n’était pas résolue…

Fermer

Je me connecte