Dossier

Cet article est issu du dossier «Sénégal : les Wade, de père en fils»

Voir tout le sommaire
Politique

Sénégal : un congrès décisif pour le PDS

Abdoulaye Wade dans un bureau de vote de Dakar lors des élections législatives, en juillet 2017. © Xaume Olleros/Bloomberg via Getty Images

Le parti de l'opposition, le PDS d'Abdoulaye Wade, doit désigner son représentant pour la présidentielle de 2019 lors de son prochain congrès en juin 2018. Pour le moment Karim Wade est favori mais son exil pourrait le fragiliser.

Le PDS doit tenir son prochain congrès en juin prochain. À six mois de la présidentielle, prévue début 2019, celui-ci sera déterminant pour le choix du candidat du premier parti d’opposition à Macky Sall. Pour ses soutiens, aucun doute : Karim Wade sera confirmé (et présent) à ce rassemblement qui consacrera son retour sur le devant de la scène politique sénégalaise.

Selon un de ses ex-collaborateurs, les jeunes partisans des mouvements « karimistes » – qui ont émergé lors de son incarcération, entre 2013 et 2016, et dont les effectifs sont difficilement quantifiables – pourraient profiter de l’occasion pour prendre leur carte au PDS.

D’autres cadres libéraux, moins optimistes sur le retour de Karim Wade, soufflent que ce congrès pourrait au contraire être le moment de se choisir un autre « champion ». « Il est le candidat du parti… Jusqu’à ce que nous en décidions autrement », résume une figure du PDS.

Fermer

Je me connecte