Dossier

Cet article est issu du dossier «Grand Format - Suisse-Afrique : un partenariat en or»

Voir tout le sommaire
Energie

Suisse-Afrique : Oryx gonflé à bloc

Jean Claude Gandur. © DR

Non content d’étendre son réseau de distribution de produits pétroliers, le groupe de Jean-Claude Gandur relance ses activités d’exploration-production.

Dans son bureau du siège d’AOG (ex-Addax Oryx Group), à Genève, les œuvres d’art contemporain africain (masques, peintures…) côtoient les piles de dossiers bien rangés. On dirait presque qu’il prépare ses cartons. Pourtant, Jean-Claude Gandur, 68 ans, ne prévoit pas encore de partir à la retraite. « Je vais quand même prendre un peu de recul en m’installant prochainement à l’étage supérieur afin de laisser les équipes que j’ai formées prendre leur envol », confie l’homme d’affaires.

Le groupe vient de célébrer ses 30 ans. À ses débuts, en 1987, il était actif dans le négoce pétrolier en Afrique de l’Ouest. Rapidement, avec Addax Petroleum, il acquiert des parts dans des champs pétrolifères et produit jusqu’à 150 000 barils par jour. Après la vente, en 2009, de ce fleuron de l’industrie pétrolière helvétique à China Petroleum and Chemical Corporation (Sinopec) pour 5 milliards d’euros, Jean-Claude Gandur décide de réorienter une partie de ses activités dans l’immobilier et, surtout, l’aval pétrolier.

Flair légendaire

À travers sa filiale Oryx Energies, il développe le stockage et la distribution de carburants, de lubrifiants et de GPL. L’entreprise dispose actuellement de 187 stations-­service dans 19 pays africains et compte atteindre le chiffre de 400 sur le continent d’ici à 2021. Avec Oryx Petroleum, une autre branche, AOG veut par ailleurs redevenir un acteur dans l’amont.

Un projet lui tient à cœur : le développement du bloc AGC Central, acquis en 2012, situé dans la zone maritime de partage entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. D’ici à 2020, Oryx y investira 100 millions de dollars pour forer deux puits. « Les résultats de la sismique 3D sont très prometteurs », s’enthousiasme Jean-Claude Gandur, qui est un proche du président sénégalais Macky Sall – ils se sont côtoyés lorsque ce dernier était encore ingénieur pétrolier.

100 millions de dollars vont être investis au Sénégal dans le forage de deux puits

Le Suisse, qui a passé une partie de son enfance en Égypte, consacre son temps libre à sa famille, à ses œuvres d’art et au mécénat, notamment à travers la Fondation Gandur pour l’art. Propriétaire de l’une des plus importantes collections privées d’antiquités égyptiennes du monde, il cherche un lieu pour la partager avec le plus grand nombre.

En 2016, un vote défavorable des Genevois a mis un terme à son projet d’agrandissement du Musée d’art et d’histoire (sur des plans conçus par l’architecte français Jean Nouvel), mais il en faut plus pour le décourager. Depuis quelques années, Jean-Claude Gandur se passionne pour l’art moderne africain, dont il acquiert une vingtaine d’œuvres par an, misant sur son flair légendaire pour débusquer les artistes qui feront bientôt parler d’eux dans les salles des ventes.

Fermer

Je me connecte