Côte d’Ivoire : le ministre Marcel Amon Tanoh face à la fronde

Par Jeune Afrique

A droite, aux côtés d'Alassane Ouattara, Marcel Amon Tanoh, ministre ivoirien des Affaires étrangères. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Depuis le 2 janvier, le ministre Marcel Amon Tanoh fait face à une grève des personnels administratifs et techniques du ministère des Affaires étrangères, qui réclament notamment des primes.

Depuis le 2 janvier, les personnels administratifs et techniques du ministère des Affaires étrangères mènent une grève à la japonaise, attachant des foulards rouges autour de leur bras ou de leur tête, pour réclamer des primes ou des affectations à l’étranger.

Le 8 janvier, alors qu’ils menaçaient de cesser le travail, le ministre Marcel Amon Tanoh a demandé à la direction des affaires financières de verser à une première fournée de chauffeurs et de secrétaires une somme variant de 75 000 à 90 000 francs CFA (de 114 à 137 euros). Ce sera le tour de leurs collègues avant la fin janvier.

Cette crise a débuté fin décembre, quand plusieurs employés ont demandé à être détachés dans d’autres ministères. En signe de mécontentement, ils avaient refusé de fêter Noël dans leurs locaux aux côtés d’Amon Tanoh.

Saisi du dossier, Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre, a donné des instructions à Issa Coulibaly, le ministre de la Fonction publique, pour discuter avec les syndicalistes.


>>> A LIRE – Côte d’Ivoire : jusqu’où ira Amadou Gon Coulibaly ?


Les diplomates de carrière continuent, eux, de réclamer l’application de leur décret statutaire, lequel prévoit notamment l’attribution de primes d’installation à l’étranger.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici