RDC : les services de sécurité cherchent la taupe qui a livré les enregistrements du PPRD

Par Jeune Afrique

Joseph Kabila, président de la RDC, lors de la 72ème assemblée générale de l'ONU à New-York, le 23 septembre 2017. © Craig Ruttle/AP/SIPA

Le 25 novembre, Jeune Afrique publiait les enregistrements sonores d'une réunion à huis-clos du PPRD, le parti présidentiel en RDC. Objet des discussions : la stratégie pour faire adopter un projet de loi électorale contesté aussi bien par l'opposition que par ses propres alliés. Depuis, les services de sécurité cherchent à savoir qui est la taupe.

L’enquête des services de sécurité congolais visant à démasquer l’auteur de l’enregistrement sonore parvenu fin novembre à Jeune Afrique – et publié sur notre site internet – progresse.

La stratégie du PPRD

Plusieurs séquences audio ont révélé la stratégie adoptée, au cours d’une réunion interne, par le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) du président Joseph Kabila pour conserver la mainmise sur le processus électoral en cours, notamment à travers l’introduction inédite d’un « seuil de représentativité » pour les législatives de décembre.


>>> A LIRE – Exclusif – Réforme électorale en RDC : un enregistrement sonore révèle la stratégie du parti de Kabila


Selon une source proche du dossier, l’étau se resserre désormais autour d’une poignée d’individus. Les enquêteurs privilégient la piste des ténors du PPRD. « Compte tenu de leur qualité, ces sons ne peuvent avoir été recueillis que par des personnes qui menaient les échanges », poursuit notre source.

une taupe dans le cercle immédiat

Lors de cette réunion, les débats étaient coanimés par Henri Mova Sakanyi, secrétaire général du PPRD, et Aubin Minaku, chef de la majorité présidentielle et président de l’Assemblée nationale.

L’actuel vice-Premier ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, était également présent à cette table. « L’hypothèse d’une taupe dans ce cercle immédiat, qui doit être élargi aux députés placés au premier rang pendant cette rencontre, est prise très au sérieux », confirme un proche du chef de l’État.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici