Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Business : les 8 décideurs qui feront 2018»

Consulter le sommaire

Algérie : Abdelmoumen Ould Kaddour face au défi Sonatrach

Abdelmoumen Ould Kaddour a pris ses fonctions le 20 mars. © Saad pour JA

Depuis mars 2017, Abdelmoumen Ould Kaddour est le nouveau PDG de Sonatrach, un poste connu pour son instabilité en Algérie.

Être nommé à la tête de Sonatrach, c’est la certitude d’avoir signé un CDD. Au cours des seize dernières années, le géant algérien a connu dix PDG. La valse des dirigeants n’est sans doute pas étrangère aux difficultés que connaît la compagnie nationale, dont les revenus ont fondu de moitié entre 2014 et 2016 (de 62,8 milliards à 28,8 milliards de dollars, soit de 53 milliards à 24,3 milliards d’euros).

Promu en mars 2017 à la surprise générale, Abdelmoumen Ould Kaddour, 66 ans, dont le parcours est marqué par une condamnation en 2007 à trente mois d’emprisonnement pour une énigmatique affaire d’espionnage dans laquelle il a ensuite été blanchi, a pour mission de remettre sur les rails l’opérateur pétrolier, moteur de l’économie nationale. Parmi ses chantiers prioritaires : rétablir la confiance avec les partenaires étrangers pour poursuivre l’exploration du sous-sol algérien et revoir les circuits de commercialisation du gaz.

Diplômé du Massachusetts Institute of Technology, il pourra mettre à profit l’expérience acquise à la tête de Brown & Root Condor (BRC), coentreprise créée par Sonatrach avec une filiale de Halliburton, le géant américain du pétrole et de la construction.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici