Sonatel : Alioune Ndiaye, le discret

Alioune Ndiaye, patron de Sonatel, dakar, février 2017 © Abdoulaye Ndao/SONATEL

Alioune Ndiaye, directeur général de Sonatel, est un homme discret mais ses résultats positifs devraient en faire l'un des entrepreneurs importants de 2018.

Suivant l’exemple de son mentor et prédécesseur à la tête de Sonatel, Cheikh Tidiane Mbaye, Alioune Ndiaye, 57 ans, cultive la discrétion à l’extrême. En dehors des conférences de presse données à l’occasion de la publication des résultats financiers de la plus importante filiale d’Orange en Afrique (1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2016), rares sont les médias à avoir recueilli ses confidences. Peu importe, son bilan parle pour lui.

Depuis 2012, il a consolidé la croissance de son groupe et préservé sa rentabilité. Le Sénégalais, diplômé de Télécom Sud Paris, peut aussi se targuer d’avoir convaincu sa maison mère d’autoriser Sonatel à reprendre son développement international via l’acquisition en 2016 d’Airtel, en Sierra Leone.

Très apprécié de Stéphane Richard, PDG d’Orange, et de Bruno Mettling, patron des filiales d’Afrique et du Moyen-Orient, qui louent sa rigueur et sa diplomatie, l’ancien directeur général d’Orange Mali, de 2002 à 2012, pourrait prendre davantage de responsabilités dans les mois qui viennent au sein du groupe français.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici