Tunisie : une situation pire que sous Ben Ali, selon un sondage

Manifestation contre Ben Ali à Tunis en Tunisie en janvier 2011. © Christophe Ena/AP/SIPA

Sept ans après la révolution, un sondage d'opinion révèle qu'une grande majorité de Tunisiens considère que la situation du pays est pire, voire bien pire, que sous Ben Ali. Mais ils sont 15 à 25 % à rester positifs dans leur analyse.

Le 7 décembre, l’agence Sigma Conseil présentait à Tunis les résultats d’une enquête d’opinion éclairante intitulée « Enseignements de sept ans de la révolution tunisienne ».

La perception des événements de 2011 et de leurs suites est pessimiste. Pour 8 % des sondés considérant que la révolution a globalement réussi, 51 % estiment qu’elle a échoué. Et ils sont 80 % à penser que la situation est pire, même « bien pire » qu’à la veille des événements. Leur impact est vu comme négatif sur la situation économique (90 %) comme sur la situation sociale (79 %).

Une « victoire personnelle » pour 23 % des sondés

Mais entre ces chiffres préoccupants, il y a des signes d’espoir et d’optimisme. Ainsi, les sondés considèrent que les principaux gains sont la liberté d’expression et la démocratie. Et, si 44 % des Tunisiens considèrent la révolution comme une « perte personnelle », ils sont 23 % à la voir au contraire comme une « victoire personnelle ». À chacune des questions posées apparaît ainsi un groupe de 15 % à 25 % de sondés qui restent positifs dans leur perception de la révolution.

« Ces 20 % vont sauver les 80 % de leurs concitoyens », commente Hassen Zargouni, président de Sigma, pour qui il existe une vraie exception tunisienne héritée d’une histoire ouverte plus précocement qu’ailleurs aux idées et influences européennes. « Si la révolution tunisienne a inspiré ses voisins, son expérience n’est pas transposable », estime-t-il.

Lire les autres articles du dossier

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici