Togo : l’or rouge d’Ismaël Tanko

Le jeune patron (en blanc) avec une partie de son équipe. © Salifou-àprésent pour JA

Créée en 2014, Tim Agro a déjà installé sa marque de purée de tomates dans la sous-région et a multiplié son chiffre d’affaires par vingt en deux ans.

À 33 ans, Ismaël Tanko a conscience d’être le porte-étendard d’une nouvelle génération d’entrepreneurs. L’heureux promoteur de Tim Agro et de sa petite conserverie spécialisée dans la purée de tomates n’en est pas peu fier. « Nous sommes passés d’un chiffre d’affaires de 400 000 F CFA [environ 610 euros] pour 800 bocaux vendus lors de la campagne 2015-2016 à 9,1 millions de F CFA à l’issue de la suivante. Celle de 2017-2018 pourrait atteindre 53,3 millions de F CFA », se félicite Ismaël Tanko.

Au vu des activités de distribution que Tim Agro a développées et de ses nouveaux marchés, son avenir est des plus prometteurs. Commercialisée sous la marque Timati, sa purée de tomates fraîches « sans additifs ni conservateurs » est déjà distribuée au Bénin, au Burkina Faso, au Mali, et devrait l’être prochainement en Côte d’Ivoire, au Niger, au Ghana, au Nigeria, au Cameroun et au Rwanda.

« Nous voulons implanter des unités de production sur place pour mieux approvisionner nos clients, explique Ismaël Tanko. Notre objectif est d’être commercialement présents dans au moins 24 pays du continent d’ici à la fin de l’année 2019. »

Sa structure

L’entreprise emploie huit salariés, en plus de soixante saisonniers et, outre sa production, a développé un service de distribution et de crédit alimentaire à travers lequel elle commercialise Timati et des produits de base d’autres marques (farine, lait, huile, conserves de légumes, sauces, pâtes, savons…), avec des formules destinées à trois types de clientèles définis selon leurs ressources (particuliers à revenus irréguliers, artisans et petits commerçants ; salariés et cadres ; responsables d’entreprises, d’institutions, et hôteliers-restaurateurs).

Pendant la saison des pluies, favorable aux cultures maraîchères, une bonne partie des récoltes restent sur les bras des producteurs

« En 2012, les producteurs de tomates du nord du pays ont été confrontés à des pertes massives de leur production, qu’ils ne réussissaient pas à écouler. J’étais convaincu qu’il fallait trouver un moyen de préserver ces récoltes et d’éviter ce calvaire à nos populations, déjà assez démunies », assure Ismaël Tanko.

Alors que, pendant la saison des pluies, favorable aux cultures maraîchères, une bonne partie des récoltes restent sur les bras des producteurs (environ 30 % de la production de tomates chaque année) et que la surproduction entraîne une chute des prix sur les étals des marchés, le reste de l’année, ce fruit très consommé devient rare et cher… Ismaël Tanko n’a pas hésité longtemps.

Financer son projet

Il a préparé son projet, financé les installations sur fonds propres et a lancé la production de son unité de conditionnement de pulpe de tomates en mars 2014. Il a bénéficié de crédits bancaires grâce au soutien, fin 2015, du Fonds koweïtien pour le développement (FKD) et, en 2017, du Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes.

L’entrepreneur a dû recourir à deux reprises à des financements participatifs

Mais, pour répondre à l’augmentation très rapide de la demande au Togo et dans la sous-région, l’entrepreneur a dû recourir à deux reprises à des financements participatifs, dont la majeure partie est venue de sa famille et de ses amis, que son cursus, son début de carrière et ses premiers pas de patron ont mis en confiance.

Titulaire d’une maîtrise de gestion obtenue à l’université de Lomé en 2006 et d’un master en création d’entreprise de l’Université internationale de management des affaires de Sfax (UIMA), en Tunisie, Ismaël Tanko a été adjoint au directeur exécutif de l’Association des grandes entreprises du Togo (Aget, 2009-2012), puis directeur du Club de sport et loisirs de la British School of Lomé (Club BSL) avant de fonder Tim Agro.

En 2015, il a en outre bénéficié d’une formation complémentaire de six semaines en business et entrepreneuriat aux États-Unis, dans le cadre de la Young African Leaders Initiative, lancée par l’ex-président Obama.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici