Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Les énergies renouvelables ont-elles droit de cité sur le continent ?»

Consulter le sommaire

Solaire : le kényan M-Kopa veut offrir plus que de l’électricité

Plus de 500 000 ménages ont été équipés de kit solaires par la société M-Kopa au Kénya. Ici, installation de panneaux photovoltaïques en Ouganda. © Stephen Wandera/AP/SIPA

Fondée en 2011, la start-up kényane M-Kopa a fourni des panneaux photovoltaïques individuels à 500 000 ménages en Afrique de l’Est. Et mise à présent sur la diversification de ses produits.

Aujourd’hui, près de 5 millions de foyers kényans ne sont toujours pas reliés au réseau électrique national, tout comme 600 millions d’Africains. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de Nairobi, la capitale, les poteaux électriques se raréfient. Dans les villages reculés de l’ouest du pays et de la vallée du Rift, ainsi que dans les zones désertiques proches de la Somalie, les habitants s’éclairent à la lampe à pétrole ou à la bougie et utilisent des piles pour leurs différents appareils.

Pour ces ménages qui ne gagnent généralement pas plus de 2 dollars par jour, les dépenses énergétiques annuelles s’élèvent souvent à plus de 200 dollars. Là, les fondateurs de M-Kopa, Jesse Moore, Nick Hughes et Chad Larson ont vu un marché. « Nous nous sommes dit qu’il y avait forcément un moyen de fournir une énergie verte à moindre prix. Et nous avons développé notre solution solaire, avec un système de paiement par téléphone portable qui permet à nos clients d’améliorer leurs conditions de vie tout en faisant des économies », explique Jesse Moore, spécialiste de la technologie mobile.

Solaire et microcrédit

La start-up offre à ses clients des kits comprenant un panneau solaire de 8 watts qui alimente trois lampes, un chargeur de téléphone portable et une radio. Le tout peut être acquis pour 25 euros lors d’un premier paiement, suivi de 40 centimes d’euros par jour pendant un an, envoyés via le service de paiement mobile M-Pesa.

En six ans, M-Kopa a connecté 500 000 maisons à l’électricité

Aujourd’hui, 80 % des adultes kényans possèdent un téléphone portable, et près d’un tiers de l’économie du pays transite par la plateforme du géant des télécommunications Safaricom. Nick Hughes, un ancien de chez Vodafone qui a participé au lancement de M-Pesa, a su en tirer profit pour sa propre entreprise.

En six ans, M-Kopa a connecté 500 000 maisons à l’électricité, ce qui a permis de réaliser une économie de plus de 625 000 tonnes de dioxyde de carbone. L’entreprise affirme accorder de nouveaux prêts à 500 familles chaque jour, leur permettant d’économiser en moyenne 630 euros durant les quatre années suivantes.

Un succès fondé sur un système très innovant, pour l’analyste financier Georges Waithaka, fondateur de la société de conseil GH Capital : « M-Kopa est plus un organisme de microcrédit qu’une société. Son modèle, fondé sur le financement d’actifs est très efficace et permet un taux de remboursement très élevé. » En effet, si un client ne paie pas, le système, qui repose sur l’« internet des objets » (IOT), arrête de fonctionner. Selon leur cote de crédit, les clients peuvent ensuite obtenir des prêts similaires pour d’autres produits, comme des smartphones ou des cuisinières.

Panneaux solaires plus puissants

« À moyen terme, M-Kopa continuera donc de connaître une forte croissance, estime Georges Waithaka. Mais dans la durée, les efforts du gouvernement kényan pour électrifier le pays pourraient mettre l’entreprise en difficulté. De plus, le système actuel dépend du paiement par téléphone mobile, ce qui représente un défi pour le développement dans des pays où ce système n’est pas généralisé comme en Afrique de l’Est. »

Aujourd’hui, les kits solaires M-Kopa sont présents au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie, et l’entreprise mise sur la diversification de ses produits. « Les besoins de nos clients évoluent et dépassent le simple accès à l’électricité. Nous voulons donc améliorer notre offre en proposant des panneaux solaires plus puissants, de l’électroménager et de nouveaux produits financiers », conclut Jesse Moore.

En octobre, M-Kopa a obtenu un financement par dette à hauteur de 80 millions de dollars (67 millions d’euros), dans le but de fournir des kits solaires à un million de foyers supplémentaires dans les prochaines années.

La dernière estimation faite par Bloomberg du chiffre d’affaires de M-Kopa en 2015. L’entreprise n’a pas souhaité communiquer ses derniers résultats ni ses prévisions.

Lire les autres articles du dossier

«Les énergies renouvelables ont-elles droit de cité sur le continent ?»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici