Emmanuel Macron à Ouaga : petite histoire d’un discours

Par Jeune Afrique

Les présidents Emmanuel Macron et Roch Marc Christian Kabore, à Ouagadougou, le 28 novembre 2017. © AP / SIPA

Pour préparer son discours-fleuve à Ouagadougou, Emmanuel Macron a agi en trois temps.

D’abord, à partir de la fin août, il a fait remonter plusieurs dizaines de propositions.

Au moins deux d’entre elles – le visa de long séjour pour les Africains diplômés en France et la restitution à l’Afrique de ses biens culturels – viennent du Conseil présidentiel pour l’Afrique, animé par le Franco-Béninois Jules-Armand Aniambossou.

Ensuite, Macron a fait filtrer ces propositions par l’administration. Le projet de visa long séjour a été visé par le Quai d’Orsay et le ministère de l’Intérieur, qui ont donné leur feu vert dix jours avant le discours.

Celui sur la restitution des biens culturels a été amendé par le ministère de la Culture, qui a fait ajouter l’option « prêt d’objets » à l’option « don d’objets ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici