Zimbabwe : Mengistu Haile Mariam, l’autre reclus de Harare

Par Jeune Afrique

Mengistu Haile Mariam, en 1990, lorsqu'il était encore président de l'Éthiopie. (Archives) © ARIS SARIS/AP/SIPA

Depuis sa modeste villa, dans le quartier de Gunhill, à Harare, Mengistu Haile Mariam, l’ex-président éthiopien (1974-1991), a suivi de près le coup de force de l’armée zimbabwéenne contre Robert Mugabe.

Ce dernier l’avait en effet accueilli après sa chute. « Mugabe était son ami, confirme la journaliste éthiopienne Guenet Gruenberg, qui a parlé à Mengistu au téléphone le 28 novembre, après l’investiture du président Mnangagwa. Mais l’ancien dirigeant éthiopien se considère comme l’hôte du peuple zimbabwéen et de la Zanu-PF [parti au pouvoir], qu’il avait aidée lors de sa lutte pour la libération. »

Lourd dispositif de sécurité

Théoriquement libre de ses mouvements à Harare, le « colonel » Mengistu est toutefois « encadré par un lourd dispositif de sécurité, qui l’oblige à prévenir de ses déplacements à l’avance », poursuit Gruenberg, unique journaliste à avoir pu le rencontrer à Harare.


>>> A LIRE – Ce jour-là : il y a 25 ans, Mengistu était exfiltré d’Éthiopie


Cet homme dont l’âge n’est pas précisément connu (il dit avoir 75 ans) joue encore au tennis et au golf. Il vit avec sa femme, Wubanchi Bishaw, et l’une de ses filles, Teneret.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici